La case des mots : Indépendance, après l’effervescence

403

Dans l’exubérance de la délivrance, la 57ème année de notre indépendance a été fêtée au palais de la présidence dans une ambiance d’effervescence, en présence de nos éminences.
Une séquence de notre existence, haute en magnificence, en reconnaissance de nos légions de vaillance qui ont vaincu la maltraitance, la souffrance et la dépendance.
Terre de providence, ma Côte d’Ivoire, danse tes pas de réjouissance ! Voici l’heure de ton émergence, dans la convergence de tes différences, croyances et obédiences.
Immense est le champ d’espérance.

Tes semences auront besoin d’intelligences en abondance et en concordance, de compétences, d’expériences, de clairvoyance, de bienveillance et de bonne gouvernance.
Mais prudence, une semence, même vouée à l’excellence, suppose, pour sa croissance, une exigence d’intransigeance, de constance, de performance et de confiance.
Et c’est dans la transcendance de nos méfiances, divergences, dissidences et belligérances, la désaccoutumance à nos outrances, irrévérences, suffisances et outrecuidances, que nous irons, dans la tolérance, sans violences, turbulences, défiances, ni vengeances, à la renaissance promise à notre descendance.

Benoit Hili

Fratmat

PARTAGER