Bus vandalisés de la Sotra:  » C’est entre 80 et 100 millions de Fcfa de dommages « , selon le DG

747

Bouaké Méïté, directeur général de la Société des transports abidjanais (Sotra), s’est dit à la fois attristé et révolté. La raison : l’acte de vandalisme dont a fait l’objet une quinzaine de bus de l’entreprise de la part de supporters mécontents de n’avoir pas pu accéder au Stade Félix Houphouët-Boigny.
Et où se déroulait, dimanche, la finale du match de football opposant la Côte d’Ivoire au Maroc, dans le cadre des VIIIes Jeux de la Francophonie. Le Dg a exprimé son mécontentement lors d’une conférence de presse organisée, lundi 31 juillet 2017, dans les locaux de Sotra Industrie, à Koumassi. Bouaké Méïté a estimé «entre 80 et 100 millions de Fcfa, le montant du préjudice, en attendant que des experts approfondissent les analyses».
Le directeur général de la Sotra en a profité pour s’excuser auprès des usagers notamment d’Adjamé et du Plateau, qui ont été lésés du fait des changements d’itinéraires effectués pour éviter les zones à risques.
Il a aussi souhaité un prompt rétablissement aux cinq blessés
– deux agents et trois passagers
– lors de la casse, et dont le pronostic vital n’est pas engagé. Il a également indiqué que quatre personnes ont été interpellées et mises à la disposition de la police. Le directeur général de la Sotra n’a pas manqué de féliciter ses « collaborateurs qui ont continué à travailler malgré la tension consécutive aux évènements, bien que leur moral ait été légèrement entamé par la mise en danger de la vie de leurs collègues et des passagers».
Par ailleurs, Bouaké Méïté a dit son incompréhension devant l’acte de vandalisme «pendant que la Côte d’Ivoire est saluée de par le monde, pour la bonne organisation des VIIIes Jeux de la Francophonie, notamment à travers le volet des transports pour lequel la Sotra a engagé 100 autobus afin de faciliter les déplacements des délégations et des athlètes, mais également permettre aux Ivoiriens de vivre pleinement l’évènement en se rendant sur tous les sites ».
L’occasion est donc toute indiquée pour le premier responsable de la société d’État de lancer un appel à l’endroit des populations, notamment les jeunes, afin qu’ils s’impliquent dans la préservation du patrimoine commun que constituent les véhicules de la société.
Surtout qu’ils ont été acquis grâce à un effort significatif du Président de la République, Alassane Ouattara et du gouvernement, pour mettre fin aux énormes difficultés de mobilité que la ville d’Abidjan a vécues pendant près de deux décennies.
«Des études ont montré que grâce au renforcement du parc automobile de la Sotra, les parents d’élèves paient environ 3 000 Fcfa pour le transport de leurs enfants contre 30 000 Fcfa par le passé et les entreprises enregistrent de moins en moins de retard au niveau des travailleurs », a-t-il expliqué.

ABOUBAKAR BAMBA
fratmat.info

PARTAGER