Pédaler rend-il impotent ?

528

Selon des chercheurs Kenyans, 6 à 8 heures de vélo par jour pourraient rendre impuissant les conducteurs de Boda Boda, les taxis vélo et moto qui font office de transports publics en Afrique de l’Est.
Dr Isaac Wamalwa, consultant gynécologue et conférencier à l’université Jomo Kenyatta, fait partie du groupe d’experts qui a mené l’étude publiée dans le East African Medical Journal.
D’après les scientifiques, une longue période assis sur la selle d’un vélo est susceptible d’avoir un effet sur la santé sexuelle.
Dans ce sport « assis », la région périnéale peut être soumise à des compressions, des frottements et des traumatismes.

Les gens qui font du vélo en particulier ceux qui font plus de 6 à 8 h par jour développent une condition qu’on appelle dysfonctionnement érectile, c’est une forme d’impuissance.
Dr Isaac Wamalwa est consultant gynécologue et conférencier à l’université Jomo Kenyatta au Kenya

Au moins 35,9 % des conducteurs de Boda Boda participant à l’étude du docteur Wamalwa souffraient de dysfonctionnement érectile.
Il a conclu que le « dysfonctionnement érectile » est plus élevé chez les jeunes hommes.

Une condition épisodique
Cette impuissance due à la compression des vaisseaux sanguins et des nerfs est toutefois une condition transitoire qui peut se rétablir.

Le spécialiste encourage les conducteurs à réduire le nombre d’heures passées sur un vélo car « tant que vous utilisez la selle entre vos jambes, il semble qu’il n’y ait pas de différence significative ».
L’étude réalisée par des experts en santé de la reproduction de l’Hôpital national Kenyatta et de l’Université de Nairobi, ciblait un groupe d’hommes âgés de moins de 40 ans à Bungoma, une ville située près de la frontière avec l’Ouganda.
Des causes variées et diverses
Pour le Dr Isaac Wamalwa, « environ 3% des hommes au Kenya ont des problèmes d’érection, mais c’est beaucoup plus élevé chez les conducteurs de Boda Boda ».

Le phénomène pourrait néanmoins être plus répandu dans certaines régions où les hommes ne veulent pas révéler leurs problèmes d’ordre sexuels.

BBC

PARTAGER