Live /Côte d’Ivoire / Mutinérie

4984

Live /Côte d’Ivoire / Mutinérie

Dernière mise à jour

26/05/2017

15:30

Le chef du protocole du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Guillaume Soro, Souleymane Kamagaté, a été entendu ce vendredi par la gendarmerie.
Cette convocation intervient après la découverte à la mi-mai d’une importante cache d’armes dans un domicile donné pour être une propriété de M. Kamagaté, un proche du président de l’Assemblée nationale.

23/05/2017

18:25

Bouaké – Quatre ex-rebelles « démobilisés » ont été tués et au moins une quinzaine blessés mardi lors de la dispersion de leur attroupement par les forces de sécurité à Bouaké, deuxième ville de Côte d’Ivoire et épicentre des mutineries de soldats en janvier et mai.

Trois corps ensanglantés ont été amenés au Centre hospitalier universitaire de Bouaké, peu après l’assaut des forces de police vers 7h00 (locales et GMT), a constaté un journaliste de l’AFP. Une quatrième personne gravement blessée est décédée vers midi à l’hôpital, a appris l’AFP de source hospitalière sous couvert de l’anonymat.

Une quinzaine d’autres personnes, dont trois grièvement blessées, ont été hospitalisées.

« C’est grave ce qui est arrivé », a affirmé à l’AFP Amadou Ouattara, porte-parole adjoint des « démobilisés ». « Je ne sais que dire. Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse tirer sur des personnes aux mains nues qui manifestaient ».

Le gouvernement accuse les démobilisés d’être à l’origine des morts. « Les forces de sécurité ont déployé les moyens conventionnels, (…) certains des manifestants armés ont dégoupillé une grenade offensive qui a explosé en leur sein. Le bilan à cette heure est de trois personnes décédées suite à l’éclat des fragments de grenade, 14 blessés dont 4 cas graves », selon le texte du communiqué signé du ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko et diffusé avant l’annonce du quatrième décès.

« Du côté des forces de l’ordre, trois éléments de la Gendarmerie et deux éléments de police ont été blessés par des projectiles », précise le texte.

22/05/2017

15:30

A Bouaké (centre), ancienne capitale rebelle, les démobilisés ont chassé la police et la gendarmerie du corridor sud d’entrée de la ville et empêchent la circulation sur cet axe, qui est le principal du pays, reliant au sud à la capitale économique du pays Abidjan, et nord, au Burkina Faso voisin.

« On ne quittera pas d’ici! Une de ces trois personnes doit nous appeler (téléphoner, ndlr) pour nous faire partir: le président (ivoirien Alassane) Ouattara, le ministre de la Défense (Alain-Richard Donwahi) ou le chef d’état-major (Touré Sekou) », a affirmé à l’AFP Diomande Megbe, porte-parole du mouvement.

Dans la ville de Korhogo (nord), une cinquantaine de démobilisés ont pris le contrôle de l’entrée nord de la ville. « Comme les militaires mutins, nous réclamons nos primes de guerre (rébellion) au président Ouattara », a indiqué Issouf Ouattara, un des démobilisés.

A Abidjan, une cinquantaine de démobilisés ont tenté de bloquer l’entrée nord de la ville mais ont été refoulés par des policiers, selon des médias ivoiriens.

18/05/2017

20:50

Mutinérie: officiellement quatre morts

20:30

Le gouvernement ivoirien explique la crise : des divergences internes aux 8400 militaires ont abouti à des troubles

20:03

Des armes auraient été distribuées à des volontaires pour combattre l’armée «loyaliste»

17/05/2017

Mutinérie: Alassane Ouattara réclame un rapport détaillé par région

16/05/2017

15:30
Les soldats regagnent les casernes
Les soldats mutins ivoiriens ont accepté l’accord du gouvernement. Ils sont retournés dans les casernes mardi après quatre jour de révolte qui ont plongé le pays dans l’incertitude.

15/05/2017

Abidjan: attaque de la base du CCDO au camp BAE de Yopougon. La base du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) située au camp de la Brigade anti-émeute (BAE), a été attaquée dans la nuit de lundi à mardi à Yopougon dans Ouest d’Abidjan par des individus armés non identifiés.

Bouaké: La résidence du directeur de protocole du président de l’Assemblée nationale, Kamagaté Souleymane dit « Soul to Soul », a été la cible d’une attaque des hommes en armes dans la nuit de dimanche à lundi à Bouaké

21:30

Le calme semble être revenu

21: 08

Aucun mutin n’a mis les pieds à Fraternité Matin, assure Venance Konan

20:58

Le Ministre chargé de la Défense annonce un accord trouvé avec les militaires

20:37

Toutes les frontières bloquées

20:02

Le départ de Ouattara désormais exigé

Echec de l’offensive militaire de l’armée contre les soldats mutins à Bouaké. Les mutins prennent le contrôle du pays et demandent désormais le départ de Ouattara du pouvoir

19:40

Le président Ouattara seraient en fuite ?

19:36

Les tirs s’intensifient à Daloa

19:30

Abidjan: La Radio encerclée

19:24

Des tirs à Abobo, Agboville et à Agnaman

18:40

L’Etat d’urgence décrété

18:26

Abidjan: Reprise de tirs à la Rivera 3

18:25

Abidjan: Confusion à Abobo

18:22
Des tirs à Daloa

18:21

Abidjan: La Bad demande à ses employés de « rester chez eux »

18:17
Abidjan: L’armée française quadrille la RTI

18:14
La Bceao de Bouaké cassée

18:10
Duekoué rentre dans la danse demain

18:08

La poudière de San pedro prise . Les tirs à Daloa

17:58

Abidjan: Fratermnité aux mains des mutins : Les journalistes vidés des locaux

17:57

La RTI Bouaké prise

17:55

La poudière d’akouédo cassée

17:41

L’armée renonce à son assaut sur Bouaké

L’armée ivoirienne a renoncé à son assaut sur Bouaké après des pourparlers avec les mutins qui acceptent le paiement par tranches.

Les banques sont fermées à Abidjan et dans les grandes villes du pays.

img-15-05-2017f

L’armée française protège les investissements de Bolloré

17:36
L’armée française encercle le siège de Bolloré à Abidjan, pas loin du palais présidentiel.

L’investisseur français est très présent en Côte d’Ivoire.

Des tirs à Abidjan et Bouaké

17:30

Les prisonniers politiques et autres prisonniers seraient en voie de libération par les mutins

17: 14

La ville de San Pedro serait aux mains des mutins

17:12
Des tirs à Abidjan et Bouaké

Les mutins tiennent Bouaké

A Bouaké, les entrées de la ville, « les corridors » sont aux mains des mutins depuis vendredi.

La circulation se fait au compte-goutte et .des tirs étaient aussi fréquents.

Les mutins n’hésitaient pas à multiplier des séquences avec des armes de gros calibres, effrayant une partie de la population.

D’autres soldats, armes en bandoulière sillonnent la ville en moto ou dans des voitures particulières

Ces tirs ont généré depuis dimanche soir d’incessantes rumeurs sur l’attaque de la ville par les forces loyalistes.

Le principal corridor qui mène à la ville avait été bloqué.

17:08
Dans la capitale économique Abidjan, de nombreux tirs étaient audibles en provenance des deux camps militaires d’Akouedo (est), formant la plus grande caserne du pays, selon une habitante qui réside entre les deux enceintes.

A Bouaké, des tirs fréquents étaient audibles. Les mutins ont pris l’habitude de tirer en l’air pour montrer leur mécontentement à propos de primes non payées.

BBC et plusieurs sources diverses

PARTAGER