Journée de liberté de la presse, Bruno Koné appelle les médias à plus de responsabilité

565

Côte d’Ivoire: Journée de liberté de la presse, Bruno Nabagné Koné appelle les médias à plus de responsabilité

La journée internationale de la liberté de la presse célébrée chaque 03 mai de l’année a été l’occasion pour le ministre Search ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Bruno Nabagné Koné, dans un communiqué, a réaffirmé la volonté de l’Etat à favoriser un cadre propice au métier de journaliste, non sans attirer leur attention sur la teneur de leur plume dans la société.

Placée cette année sous le thème « Des esprits critiques pour des temps critiques : Le rôle des médias dans la promotion de sociétés pacifiques, justes et inclusives », la journée mondiale de la liberté de la presse est, selon le premier responsable de la Communication ivoirienne le moment « de magnifier les principes fondamentaux de la liberté Search liberté de la presse, d’évaluer les libertés de cette presse à travers le monde et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie ou affronté des drames dans l’exercice de leur profession ».

C’est à juste titre, soutient-il, que l’Etat ivoirien met tout en œuvre pour permettre un meilleur cadre pour l’exercice du métier de journaliste qui est de « contribuer à la cohésion sociale, à la consolidation de l’unité nationale, à la réconciliation et à l’avènement de l’Ivoirien Nouveau souhaité par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA ».

Ceci par la mise en place de mesures comme la suppression de la peine d’emprisonnement pour les délits de presse ; la création et le fonctionnement effectif de la Commission d’Accès à l’Information d’Intérêt Public et aux Documents Publics (CAIDP) ; la création du Fonds de Soutien pour le Financement de la Presse (FSDP) et des médias en général ; la redynamisation de l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC) Polytechnique, pour la formation aux métiers de la presse Search presse (en ligne, hors ligne et des médias en général).

De plus, sans omettre l’ère numérique, dont l’Etat a fait une part belle, selon le ministre, en facilitant l’accès par l’avènement de médias en ligne qui ont permis la création et le partage de connaissance, favorisant ainsi les échanges et le dialogue interculturel.

Si le ministre Search ministre des TIC a loué les mérites de la presse et montré la volonté de l’Etat à créer un cadre propice à l’exercice de ce métier, il n’a pas non plus manqué l’occasion de rappeler les dangers d’un mauvais usage des média, en référence à la récente histoire de crise en Côte d’Ivoire.

De ce fait, il a « invité les journalistes à ne pas perdre de vue le rôle social de leur plume, qui doit être mise au service de la construction d’une société pacifique, juste et inclusive, en évitant pour cela, les sujets susceptibles de créer la psychose chez les populations et/ou de fragiliser les Institutions de la République » a-t-il souligné.

Pour Bruno Koné Nabagné, tout cela est possible avec le respect du cadre juridique et réglementaire avec « la justice pour tous, comme condition préalable à la liberté d’expression et au développement durable ».

Casimir Boh, Abidjan

Koaci

PARTAGER