Côte d’Ivoire: Soro contre Bakayoko, la guerre des carnets d’adresses

4925

Il ne se passe pas un jour sans que la presse ivoirienne ne parle de la guerre de succession à la tête du pays. Plusieurs candidats sont régulièrement cités. Mais le ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko et le président de l’Assemblée Nationale (PAN), Guillaume Soro conserve le haut de l’affiche. La raison? Une guerre à distance sur les personnalités internationales entre les deux hommes. « Qui connait qui » comme on dit à Abidjan.

Les séjours des personnalités internationales du côté de la lagune ébrié font l’objet de toutes les attentions. Mohamed VI Roi du Maroc, Manuel Valls ex-Premier ministre de la France, Claude Bartelone PAN français, Aubin Minaku PAN Congolais, Rama Yade… la liste est bien plus longue.

A ce petit jeu, la rue ivoirienne donne des points aux uns et aux autres. Guillaume Soro à la tête de l’Assemble Nationale a fait de la « diplomatie parlementaire » un levier de rencontres de haut niveau. Un moyen pour lui d’étoffer son carnet d’adresses et asseoir sa dimension l’internationale.

En octobre 2014, Soro tient le bon bout. Il reçoit Claude Bartelone, PAN français, en visite officielle de trois jours. Une première qui marque les liens considérés indispensables entre un candidat à la magistrature suprême en Côte d’Ivoire et la France faiseur de roi depuis l’indépendance.

Hamed Bakayoko a de son côté pris la mesure de l’enjeux. La visite officielle de Manuel Valls alors encore premier ministre de la France est l’occasion de marquer les esprits. « Hamed Bakayoko a réussi un sacré coup. Valls chez lui. Nous avons tous été surpris. » se rappelle un proche du ministre. Effectivement, les nuités de Manuel Valls étaient prévues à la résidence de l’ambassadeur de France. Hambak l’entraîne chez lui et lui propose l’hospitalité. Le tableau des points s’emballe. Bakayoko jubile de son effet.

Du côté de l’Assemblée Nationale, on multiplie les réceptions de personnalités parlementaires. Soro est régulièrement vu avec ces homologues parlementaires. Il est actif au sein de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (AFP). En séjour en France, il est reçu par Gerard Larcher, Président du Sénat et deuxième personnalité de l’Etat. Rien que ça. « Soro a besoin de soigner son image. De tous ceux qui ont pris part à la rébellion, il est le seul qui n’arrive pas à effacer des mémoires cette période de son parcours. Personne parle d’un Hambak rebelle. » explique un observateur de l’actualité ivoirienne.

Fin février 2017, C’est la visite officielle de Mohamed VI, Roi du Maroc qui va permettre au premier flic ivoirien de se mettre en scène. Comme à l’accoutumée, Hamed Bakayoko préfère jouer la carte de la proximité. C’est loin des palais officiels qu’il va démontrer sa proximité avec Mohamed VI. A quelques kilomètres d’Abidjan, la zone balnéaire d’Assinie est le parfait endroit pour une série de photos qui vont faire le tour des réseaux sociaux. Le message est clair. Hambak l’ami des têtes couronnés.

Pour Guillaume Soro, le temps est au repos. Après, une campagne pour les législatives, la reconquête du perchoir de l’Assemblée et la perte d’un proche conseiller, le PAN prépare une rentrée parlementaire qui devrait l’aider à revenir à la une des médias.

Roger Musandji Nzanza

Oeil d’Afrique

PARTAGER