Décryptage – Stabilité de la Côte d’Ivoire ou leçons de l’interview de Ouattara sur Rfi

523

[ Publié sur Ivorian.Net il y a

Dans l’interview diffusée sur Rfi le lundi 11 février 2019, , le président Ouattara a été précis et rigoureux. Maniant humour et vigilance face à des questions souvent pièges ou directes d’un intervieweur expérimenté, et rompu à l’exercice, il a su prendre par exemple de la hauteur sur la question Soro, et a su défendre son bilan avec clarté.

Par ailleurs, Alassane Ouattara a aussi ouvert toutes les options pour 2020 : aussi bien pour lui-même que pour quatre autres « fils » qui sont autour de lui. Ayant tendance à dire qu’il s’en va, et que son régime et son règne sont finissants, des acteurs sociaux et politiques, don’t tentes de danser comme la souris lorsque le chat est absent.

Ils sont incités à instaurer une atmosphère paralysante et ankylosante de fin de règne, dans le pays. Alassane Ouattara a encore rappelé que jusqu’à fin juillet 2020, il sera toujours un Président à 100%. Il a montré qu’il tiendra la barre jusqu’au dernier moment, et qu’il n’est pas question de croire qu’il est affaibli, que son régime est affaibli.

Alassane Ouattara a montré de la sérénité, là où il y’a la tentation de faire peur aux ivoiriens, et de faire croire que tout va mal, que nous courons tout droit en 2020, vers une crise pire que celle de 2010 .

Au delà de cette interview, il convient d’exercer une grande vigilance sur l’aspect social et sécuritaire du pays, puisque face à la posture « ferme et rigide » du Rhdp, des opposants peuvent être tentés par une transition à installer pour arriver à 2020.

Il s’agira d’empêcher l’équipe gouvernementale en place d’organiser l’élection présidentielle de 2020.

Le projet « insurrectionnel », ou plutôt « transitionnel » n’est pas nouveau, car il avait été évoqué déjà en 2015. Plus on approche 2020, plus certains acteurs seront tentés d’essayer de le mettre au centre du débat.

Il faudra de la flexibilité dans le dialogue politique, pour éviter les crispations souhaitées par certains acteurs sociaux et politiques.

La perspective du Rhdp de se maintenir encore au pouvoir à partir de 2020, ( par tous les moyens démocratiques bien entendu , comme on peut le souhaiter, écartant tout tripatouillage et toute confiscation du pouvoir), peut mettre dos au mur l’opposition si celle-ci n’a pas de stratégie d’alternance efficace.

Tout ce contexte exige de la vigilance à tous les niveaux. Et surtout , une bonne stratégie au niveau du choix des candidats du Rhdp en 2020. Mais aussi de l’opposition.

Charles Kouassi
L’Intelligent d’Abidjan

PARTAGER