Suède: la candidature d’Ulf Kristersson au poste de Premier ministre rejetée

735

En Suède, en septembre dernier, des élections avaient mis la gauche et la droite au coude-à-coude, avec une forte progression de l’extrême droite. Plus de deux mois plus tard, la situation politique est toujours bloquée. Ce 14 novembre, le Parlement a en effet rejeté la candidature du leader de la droite, Ulf Kristersson, au poste de Premier ministre. Une première dans l’histoire du royaume nordique.

Par 195 voix contre 154, les parlementaires ont refusé la candidature au poste de Premier ministre de Ulf Kristersson, le leader de la droite suédoise. Une défaite cuisante, mais qui était attendue. La droite en Suède n’est pas majoritaire. Elle n’aurait pu gouverner qu’avec le soutien au moins tacite de l’extrême droite, ce qui est une ligne rouge pour beaucoup de députés.

La gauche, de son côté, se retrouve dans la même situation, sans majorité. Stefan Löfven, l’ancien Premier ministre, n’a d’ailleurs même pas tenté sa chance devant les parlementaires.

La Suède, qui ne sait pas quoi faire de cette extrême droite qui a réuni 17 % des voix lors des dernières élections, et avec laquelle personne ne veut travailler, se retrouve donc pour l’instant dans une impasse politique. Un fait inhabituel dans ce pays habitué au consensus et au dialogue. Jusqu’à aujourd’hui, d’ailleurs, jamais la candidature d’un Premier ministre n’avait été rejetée.

Il reste donc maintenant au président du Parlement trois tentatives, trois autres noms à soumettre au vote, avant que de nouvelles élections ne soient convoquées.

De notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

RFI

PARTAGER