Après la formation du gouvernement, l’UPCI réitère son « Non » et porte plainte pour « faux »

543

Leocadie Loukou-Yao la vice-présidente de l’Union pour la Côte d’Ivoire ( UPCI) ne veut pas de bicéphalisme à la tête de leur parti. Elle a tenu un point de presse, ce mercredi 11 juillet 2018, au siège dudit parti, pour définir les actions qu’ils comptent mener contre les dissidents. L’UPCI porte plainte pour faux. Ci-dessous la déclaration complète.

Le vendredi 06 Juillet 2018 à 9H 43mn, nous avons reçu au siège de l’UPCI, à la requête des Sieurs Sidibe Yacou et Fadiga Mamadou, se disant membres fondateurs de l’UPCI et respectivement Président par Intérim et Secrétaire Général par intérim de l’UPCI, une assignation en référé ordinaire servie par un Huissier nommé VAMORI Koné, demandant à Me SORO Brahima d’avoir à comparaître le lundi 9 juillet 2018, à 8H00, devant le Tribunal de première d’Abidjan pour :

A lire aussi : Bureau politique UPCI : Comment Brahima Soro a échappé à un putsch, Bictogo et Belmonde indexés

1- constater la destitution régulière de Me Soro Brahima de son poste de Président de l’UPCI par le bureau Politique du 09 juin 2018 ; 2- Ordonner à Me Soro Brahima de libérer le siège tant de sa personne, de ses biens personnels, et de tous occupants de son chef pour faire place nette au nouveau bureau exécutif et sous astreinte ; 3- Interdire à Me Soro Brahima de faire des déclarations publiques au nom de l’UPCI et de se prévaloir ou utiliser les emblèmes et logo dudit parti sous astreinte.

Le Bureau Politique de l’UPCI, voudrait par cette conférence de presse porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale les faits de faux du Sieur Sidibé Yacouba et Fadiga Mamadou. En effet, pour soutenir leur demande, les sieurs Sidibé et Fadiga se prévalent de diverses pièces dont: ● Un procès-verbal de constat ● Un communiqué final d’un Bureau Politique du 09 juin 2018 ; ● Une lettre datée du 11 juin 2018 adressée au ministre de l’intérieur et un récépissé délivré par ce ministre le 07 juillet 2018

L’UPCI constate de grossiers faux sur les pièces brandies à l’appui de la prétendue destitution du Président SORO Brahima, Président élu le 08 juillet 2017 pour un mandat de cinq ans. L’UPCI dont le Président est à la barre ne saurait être ébranlé par un individu habile dans la manipulation et le faux.

I- Sur la forme : a. Au titre du communiqué final du prétendu Bureau Politique du 09 juin 2018

L’UPCI note l’existence de deux communiqués pour un seul et même faux Bureau Politique. En effet, le communiqué final transmis et publié dans les organes de presse à savoir le PATRIOTE et l’INTELLIGENT du 12 Juin 2018, n’est pas le même que celui qui a été produit à l’audience du lundi 09 juillet 2018, (dont nous avons copie) dans l’affaire pendante devant le Président du Tribunal de Première Instance d’Abidjan.

L’UPCI note à la lecture des deux (2) communiqués : o L’ajout d’un lieu de réunion : à savoir « la salle de réunion de l’université du Maghreb sis à Abidjan Cocody Riviera Attoban », lieu totalement inexistant dans le 1er communiqué ; o Deux ordres du jour différents : la vie du parti, le projet de parti unifié et les questions diverses dans l’un et dans l’autre destitution de président et vie du parti, le projet de parti unifié et questions diverses.

o L’ajout d’un secrétaire de séance du faux Bureau politique en la personne FADIGA Mohamed. Chose curieuse, il n’est pas sur la liste de présence. o La désignation d’un Secrétaire Général intérimaire : alors qu’une telle désignation était inexistante dans le communiqué final rendu public, le communiqué final produit a été modifié pour y prévoir la désignation du Sieur FADIGA Mohamed comme le Secrétaire Général par Intérim. o Deux présidents différents du Comité d’organisation : dans le communiqué final publié, le Président du Comité d’Organisation est MAMADOU Fadiga et dans le communiqué final produit, le Président du Comité d’organisation se nomme ALI Kouassi.

o Des signatures différentes : Le Sieur SIDIBE poursuivant dans le faux a utilisé trois (3) signatures différentes et a même signé à la place du Secrétaire de séance.

1- Au titre du récépissé produit L’UPCI note que pour demander la modification du nom des personnes animant les organes du Parti auprès du Ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Sieur SIDIBE Yacou a produit une liste de 6 personnes, à savoir SIDIBE YACOU Président, BROU YAO SERGE Vice-président délégué, COULIBALY BAKARI ET KANGA MADELEINE viceprésidents, NANAN CLEMENTINE Présidente des femmes et SERGE KOFFI, Président des jeunes.

L’UPCI note comme par la magie que le récépissén° 491 signé par le Ministre de l’intérieur et de la sécurité M.SIDIKI Diakité, fait apparaitre en plus des 6 sus cités, un Secrétaire général du nom de FADIGA Mamadou. Mieux, l’UPCI note à la lecture des noms figurant sur ledit récépissé, que le secrétaire Général désigné par le pseudo Bureau politique FADIGA Mohamed est différent de celui désigné sur le récépissé, FADIGA Mamadou.

L’UPCI note donc 2 secrétaires Généraux dans le nouvel organe du prétendu bureau Politique. L’UPCI note enfin, alors même qu’il est écrit dans les deux communiqués finaux que le faux Bureau Politique a à l’unanimité décidé de changer les organes, seuls 6 noms ont été déposés au ministère, mettant ainsi en congés l’ensemble des autres membres qui ont pourtant participé à désigner le faux Président Intérimaire ; quel bon sens.

« L’UPCI NOTE QUE SUR LA LISTE DÉPOSÉE COMME PREUVE POUR SOUTENIR SA DEMANDE, LE SIEUR SIDIBE A CITÉ CERTAINES PERSONNES COMME ÉTANT PRÉSENTES AU FAUX BUREAU POLITIQUE »

L’UPCI note alors que le bureau qui se compose conformément à l’article 31 alinéa 1, du Président du Parti ; – du vice-président délégué ; – des viceprésidents du Parti ; – du Secrétaire Général ; – des secrétaires généraux adjoints ; – des secrétaires nationaux ; – du Trésorier national ;

– des Secrétaires Nationaux ; – des Présidents de Fédérations ; – de trois représentantes des « Femmes », désignées parmi les membres du bureau exécutif des « Femmes » et dans les conditions arrêtées en Bureau Politique ; – de trois représentants des « Jeunes », désignées parmi les membres du bureau exécutif des « Jeunes » et dans les conditions arrêtées en Bureau Politique ;

– des Présidents des Comités statutaires ; – des présidents et vice-présidents de l’Assemblée nationale, des présidents et vice-présidents du groupe parlementaire de l’Assemblée Nationale», se résumerait désormais à 6 personnes. Cette erreur vient confirmer la thèse que les 2 communiqués finaux du faux Bureau Politique ne s’est jamais tenu que dans un salon.

Sur la prétendue liste de présence
L’UPCI note que sur la liste déposée comme preuve pour soutenir sa demande, le Sieur SIDIBE a cité certaines personnes comme étant présentes au faux Bureau Politique. L’UPCI signale que sauf don d’ubiquité, Messieurs COMOE Patrice et KOUAME N’guessan Guy Roger n’ont pu participer à une réunion d’un Bureau politique puisque ceux-ci étaient bien présents à la réunion du Conseil National du 09 juin présidée par Me SORO Brahima respectivement en leur qualité de Secrétaire National et Secrétaire Permanent du département de Béoumi.

En outre, l’UPCI a été saisie d’une déclaration faite devant huissier de messieurs Alain Yépé de Zoukougbeu, KOUAME N’guessan Guy Roger à l’effet de dénoncer la présence de leur nom sur une liste de présence, puisqu’ils n’y ont jamais été convoqués, ni été présents.

II- Sur le fond : de la convocation d’un Bureau Politique à l’UPCI

L’UPCI rappelle que l’article 31 alinéa 2 de ses statuts dispose que le Bureau Politique assure la direction du parti dans l’intervalle des sessions du Conseil National. Il est présidé par le Président du Parti et son secrétariat assuré par le Secrétaire Général.

Cet important organe dont les membres sont limitativement prévus, conformément à l’article 31 alinéa 1 sus cité, peut être convoqué seulement par le Président suivant deux modes exclusivement. A cet effet, l’article 31 alinéa 3 des statuts précise que : « Le Bureau Politique se réunit sur convocation du Président du Parti, qui fixe son ordre du jour, ou à l’initiative d’un quart des membres du Conseil National, sur un ordre du jour déterminé, dans les conditions fixées par le Règlement intérieur.»

« LE BUREAU POLITIQUE PEUT ÊTRE RÉUNI, SUR UN ORDRE DU JOUR DÉTERMINÉ SUR DEMANDE ÉCRITE D’UN QUART DES MEMBRES DU CONSEIL NATIONAL ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DU PARTI »

Convocation du Bureau Politique par le Président à sa propre initiative. Elle est la forme la plus courante. Elle est convoquée par le Président qui en propose l’ordre du jour selon les périodicités librement décidé par le Bureau Politique. La dernière en date est celle du 30 juin 2018
1- Convocation Bureau Politique par le Président du Parti à l’initiative d’un quart des membres du conseil national L’article 17 du règlement intérieur précise que : « le Bureau Politique peut être réuni, sur un ordre du jour déterminé sur demande écrite d’un quart des membres du Conseil National adressée au Président du Parti.

L’ordre du jour de la réunion doit figurer dans la demande et ne peut être modifié. La réunion du Bureau Politique a lieu au plus 8 jours après réception de la demande par le Président du parti. ».

L’UPCI note que les deux (2) Communiqués finaux du seul et même Bureau Politique du Sieur SIDIBE précise en son 1er paragraphe : « sur convocation du ¼ des membres du Conseil National…. », toute chose qui montre bien que nous sommes dans le 2ème cas de convocation du Bureau Politique.

L’UPCI note que le faux bureau Politique s’étant tenu le 09 juin 2018, le sieur SIDIBE et ses prétendus membres présents ont à prouver le respect de la procédure décrite ci- dessous à savoir :

– la saisine du Président lettre écrite signée par un ¼ des membres du Conseil National,

– Cette lettre adressée au Président a été déchargée au plus tard le 1er juin 2018 pour permettre la tenue du Bureau Politique le 09 jui2018; – Que le Président a convoqué un bureau Politique pour le 9 juin 2018

1- L’UPCI note que ses conditions statutaires cumulatives n’ont pas été respectées par le Sieur SIDIBE, donc aucun Bureau Politique n’a pu être organisé en quelque endroit que ce soit.De la qualité du Sieur SIDIBE Yacou L’UPCI note que sur la liste de présence du Bureau Politique fictif, le sus nommé a signé en qualité de coordonnateur de la commune de KOUMASSI.

Le Sieur SIDIBE en déclinant la qualité de coordonnateur rapporte la preuve qu’il n’est pas autorisé, ni ne peut être convié à une réunion régulièrement convoquée d’un Bureau Politique. Les coordonnateurs dont le mandat a d’ailleurs pris fin depuis l’adoption de nouveaux textes au cours du congrès de Yamoussoukro du 08 juillet 2017 ne sont pas membres du Bureau politique.

» L’UPCI NOTE, OUTRE LE SIEUR SIDIBE, QUE LA LISTE DE PRÉSENCE DÉPOSÉE LAISSE APPARAITRE QUE 53/61 PERSONNES PRÉSENTES AU PRÉTENDU BUREAU POLITIQUE, SONT DES COORDONNATEURS QUI COMME SIDIBE N’ONT PAS QUALITÉ POUR PARTICIPER À UNE RÉUNION DE BUREAU POLITIQUE OU À UNE RÉUNION DE CONSEIL NATIONAL »

Par ailleurs, l’UPCI note, outre le Sieur SIDIBE, que la liste de présence déposée laisse apparaitre que 53/61 personnes présentes au prétendu Bureau Politique, sont des coordonnateurs qui comme SIDIBE n’ont pas qualité pour participer à une réunion de Bureau Politique ou à une réunion de Conseil National. Encore moins les personnes ayant signé la qualité de membre du directoire, organe non reconnu par les textes en vigueur

L’UPCI note que le Sieur SIDIBE flairant une opportunité pour se faire de l’argent et de la publicité, s’est assis dans une chambre devant son ordinateur et a voulu recopier les faits qui se seraient déroulés dans son esprit.

L’UPCI note que SIDIBE qui a perdu sa qualité d’adhérent de l’UPCI pour n’avoir pas renouvelé son adhésion depuis au moins trois (3) ans, démontre aux yeux de toute la nation qu’il ne connaît même pas les textes de l’UPCI dont il se prétend être membre. En vérité, ce simulacre de Bureau politique qui a conduit à une parodie de Congrès n’avait pour but de se faire de l’argent et se mettre en exergue afin de bénéficier des retombées politiques et postes politiques.

III- De la procédure pour faux et usage en écriture

L’UPCI en raison du préjudice important subi par les agissements lugubres du Sieur SIDIBE informe l’ensemble des ivoiriens qu’une action judiciaire sera introduite contre M. SIDIBE Yacou, imposteur et son équipe qui ont manipulé l’opinion nationale et internationale, en faisant croire que l’UPCI a vacillé dans sa position d’hier.

« L’UPCI PAR CE POINT DE PRESSE VEUT RÉITÉRER TOUTE SA PLEINE CONFIANCE EN NOTRE JUSTICE POUR QUE SES ÉLÉMENTS GROSSIERS SOIENT PORTÉS À LA CONNAISSANCE DE TOUS ET QUE JUSTICE SOIT FAITE »

L’UPCI par ce point de presse veut réitérer toute sa pleine confiance en notre justice pour que ses éléments grossiers soient portés à la connaissance de tous et que justice soit faite. L’UPCI informe l’ensemble de la population et des acteurs politiques que le NON au projet du parti unifié RHDP voté à 95% par les vrais militants de l’UPCI au cours du congrès du 28 avril 2018 n’a pas changé.

Me Soro Brahima, Président de l’UPCI appelle ses adhérents et sympathisants à la sérénité au Travail terrain afin de gagner des circonscriptions importantes lors des prochaines joutes électorales. Vive l’UPCI, Je vous remercie

Fait à Abidjan, le 11 juillet 2018

Pour le bureau politique

Leocadie Loukou-Yao

ivoiresoir.net

PARTAGER