Ouattara rappelle que la nouvelle constitution lui permet d’être candidat en 2020

1219

Des confrères français ont une nouvelle fois essayé de le faire parler mais une fois de plus il a botté en touche.

A la question du journal jeune Afrique de savoir s’il sera ou non candidat en 2020 pour un troisième mandat, comme le lui permet la nouvelle constitution votée en 2016, Alassane Ouattara a répondu qu’il attendra 2020 pour situer l’opinion.

« La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes » a indiqué le chef de l’Etat ivoirien qui en 2015 assurait aux journalistes de la RTI qu’il ne se représenterait pas après son deuxième mandat même si, à cette époque, la nouvelle constitution n’était que projet.

« Je considère que les Ivoiriens doivent choisir le prochain président dans la paix et sans violence, comme ils l’ont fait en 2015 (…) La démocratie et la transparence sont mes seuls objectifs » a poursuivi sur la question Alassane Ouattara.

Depuis quelques temps le numéro un ivoirien tente avec ses proches des « coups » politiques pour mesurer la possibilité d’une candidature.

Au constat du maigre bilan de ces derniers parmi lesquels on compte le parti unifié RHDP que le président voulait effectif à cette heure, et au regard de sa popularité en baisse après 8 ans de pouvoir dans un pays plus que jamais divisé, nombre d’observateurs sont de plus en plus sceptiques quant à l’idée d’un troisième mandat estimant que l’actuel président préférera partir par une grande porte plutôt que de risquer de sombrer dans un piège politique risqué pour l’image d’un pays regardé de près par la communauté internationale.

Koaci

Ouattara n’exclut pas un 3e mandat

Le président ivoirien Alassane Ouattara, dont le deuxième mandat s’achève en 2020, a déclaré qu’il n’excluait pas un troisième mandat alors que la bataille pour sa succession a déjà commencé, dans un entretien à l’hebdomadaire Jeune Afrique.
« La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes », a déclaré M. Ouattara, interrogé sur la possibilité de se représenter.
Après avoir longtemps écarté cette possibilité, le président Ouattara estime désormais que le changement de Constitution de 2016 a remis tous les compteurs à zéro et que ses élections de 2010 et 2015 ne comptent pas.
Cette interprétation, qui est souvent diffusée par ses partisans est largement remise en cause par l’opposition mais aussi par une grande partie de la communauté internationale.
De leur côté, certains observateurs estiment que le président utilise la « menace » de se représenter pour faire taire les querelles internes nées de la guerre de succession qui a déjà commencé.
En même temps, le président tente de transformer en parti la coalition au pouvoir afin d’organiser une primaire pour la présidentielle de 2020.
La transformation en un parti unifié du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est un serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d’années.
Voulue par le président Ouattara, elle se heurtait à des réticences au sein de son propre parti mais surtout de ses alliés et notamment du principal d’entre eux le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), de l’ancien président Henri Konan Bédié, qui a permis son élection en 2010 et 2015.
Un des points d’achoppement est justement l’investiture du candidat à la présidentielle 2020: une partie des membres du PDCI estime que cette investiture revient de droit à leur formation, puisqu’ils ont soutenu celle du Rassemblement des Républicains (le parti de Ouattara) à deux reprises.
« Je considère que les Ivoiriens doivent choisir le prochain président dans la paix et sans violence, comme ils l’ont fait en 2015 (…) La démocratie et la transparence sont mes seuls objectifs », a précisé M. Ouattara à Jeune Afrique.

AFP

PARTAGER