Natasha Mazzone suggère au gouvernement la solution du private equity

1728

Afrique du sud : l’opposition suggère au gouvernement la solution du private equity pour les sociétés d’Etat en difficultés

Natasha Mazzone (photo), une parlementaire sud-africaine membre du parti de l’Alliance Démocratique et ministre de ce parti d’opposition en charge des sociétés d’Etat, a suggéré entre autres, que le gouvernement explore la voie du capital investissement, pour trouver une solution aux sociétés à capitaux publiques aujourd’hui en difficultés.

« Le gouvernement ne peut de manière durable, continuer de soutenir des entreprises publiques non viables sur le plan financier. Il doit accélérer le processus de restructuration de l’actionnariat de ces entités. Pour ce faire, il faudra envisager la privatisation partielle ou totale d’un certain nombre d’entreprises publiques en faisant appel à des partenaires privés et en désinvestissant », a fait savoir Mme Mazzone.

Sa préoccupation trouve un echo favorable auprès de certains experts et agences de notation qui n’hésitent pas à soulever les défis en rapport à la situation des entreprises publiques sud-africaines.

Au cours de l’exercice 2016/17, 38% d’entre elles ont enregistré des pertes totalisant 53,7 milliards de rands (4,2 milliards $ au cours actuel).

Par ailleurs, la rentabilité combinée de ces entreprises est passée de 0,8% en 2015/16 à 0,3% en 2016/17, selon des données officielles. Dans ce contexte, l’Etat a dû puiser dans les caisses, pour maintenir certaines d’entre elles à flots sur le plan financier, alors que les garanties publiques à leur profit atteignaient les 31,7 milliards $ au cours de l’année fiscale (2017/2018). Une manière de dépenser l’argent publique jugée finalement peu productive.

Idriss Linge

Agence Ecofin

PARTAGER