Communiqué de L’AFFDO-CI relatif au cas de Mr Tcheide Jean Gervais

672

COMMUNIQUE DE L’AFFDO-CI

Le 22 mars 2018, 18 militants de la plateforme politique de l’opposition, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), dont le porte parole Tchéidé Jean-Gervais, par ailleurs vice président du FPI ont été arrêtés à Adjamé (Abidjan) alors qu’ils entamaient une marche pacifique pour réclamer la reforme de la Commission Electorale Indépendante.

Il s’agit d’une reforme voulue par une décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples et réclamée par plusieurs associations de la société civile en Côte d’Ivoire.

15 jours après leur détention, les militants EDS écopent de 12 jours d’emprisonnement pour troubles à l’ordre public et une peine complémentaire plus lourde d’interdiction de paraitre en dehors de leur lieu de naissance pendant 3 ans et 5 ans de privation de leurs droits civiques.

Alors qu’il doit recouvrer la liberté à la suite du procès à l’instar de ses co-accusés, contre toute attente, Monsieur Tchéidé Jean Gervais, porte parole de la plate forme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) est défendu de sortir de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) dans la nuit du 6 avril 2018 au motif qu’un mandat d’arrêt serait émis à son encontre en 2013.

Monsieur Tchéidé Jean Gervais devient ainsi le prisonnier d’opinion de trop dans les geôles ivoiriennes.

L’AFFDOCI dénonce l’emprisonnement par des artifices judiciaires de Monsieur Tchéidé Jean Gervais, porte-parole d’EDS.
L’AFFDOCI marque sa surprise au sujet de l’existence d’un mandat d’arrêt datant de 2013 et signale que ce mandat n’a jamais été signalé auparavant à l’intéressé.

En effet, M. Tchéidé est en Côte d’Ivoire depuis l’avènement du pouvoir RHDP. Il n’est jamais allé en exil. Il a été membre de la direction intérimaire du FPI et à ce titre, il a entamé les discussions avec le pouvoir pour la libération des prisonniers de la crise depuis 2012.
M. Tchéidé était l’interlocuteur de la préfecture d’Abidjan avant son arrestation le 22 mars 2018.

L’AFFDOCI constate que M. Tchéidé Jean Gervais est maintenu en détention à la MACA alors qu’il porte la parole d’une plateforme politique de l’opposition qui revendique une révision de l’instrument électoral.
L’AFFDOCI, perçoit en cette arrestation une volonté de museler toute voix discordante en Côte d’Ivoire.

L’AFFDOCI signale que trois autres militants EDS dont MR SERGE KPELE arrêtés le 22 mars également sont toujours en attente de leur jugement.

La situation de Monsieur Tchéidé Jean Gervais rappelle celle encore pendante de Monsieur Doyou Nicaise alias Samba David.
M Doyou Nicaise a été arrêté à son domicile en Septembre 2015, suite à la manifestation démocratique organisée par la Coalition Nationale pour le Changement (CNC).
Le motif standard invoqué n’était autre que sa participation à des troubles à l’ordre public. Condamné à 6 mois d’emprisonnement fermes, à la fin de sa peine épuisée à la DST, Samba David fut, comme par enchantement, accusé d’atteinte à la sureté de l’Etat, puis transféré à la MACA.

Face à ces actes attentatoires aux libertés publiques, l’AFFDO-CI ne peut rester sans réagir. Il s’agit véritablement d’une grave atteinte à la LIBERTE D’OPINION des citoyens libres à qui le gouvernement interdit d’exprimer leur opinion sur une institution sensible à tout égard.
C’est pourquoi l’AFFDO-CI :
-Dénonce le maintien en prison de Jean-Gervais Tchéidé et de tous les prisonniers d’opinion

-Apporte son soutien à Jean-Gervais Tchéidé et à toutes les personnes brimées, arrêtées et incarcérées pour leurs opinions.

-Exige la libération immédiate de Jean-Gervais Tchéidé et de tous les prisonniers d’opinion sur l’étendue du territoire.

-En appelle à toutes les organisations de Défense des Droits de l’Homme à manifester la solidarité dans l’action afin que, rapidement, la mise en liberté des personnes injustement maintenues en prison soit prononcée.

L’AFFDO-CI demande au gouvernement ivoirien de respecter les droits fondamentaux dont celui de la libre opinion.
Pour la dignité humaine, l’AFFDO-CI demande au gouvernement ivoirien de libérer tous les détenus d’opinion !

FAIT A ABIDJAN
LE MERCREDI 18 avril 2018
POUR L’AFFDO-CI

DR GUEU THEODORE
PORTE – PAROLE

PARTAGER