La Syrie rend à la France la Légion d’honneur attribuée à Assad

2652

Cette annonce syrienne est faite quatre jours après que la France a annoncé avoir engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur au président Assad.

La présidence syrienne a annoncé jeudi 19 avril avoir rendu la Légion d’honneur attribuée par la France en 2001 au président Bachar Al-Assad qui ne portera pas une décoration remise par « l’esclave » des Etats-Unis.
L’entourage du président français, Emmanuel Macron, avait annoncé lundi 16 avril que la France avait engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur au président Assad, deux jours après la participation de Paris à des frappes contre des sites du régime syrien.

« Le ministère des affaires étrangères et des expatriés a officiellement rendu à la République française, par le biais de l’ambassade de Roumanie à Damas, qui parraine les intérêts français en Syrie, la décoration de grand-croix de la Légion d’honneur accordée au président Assad par l’ancien président français Jacques Chirac », estime la présidence dans un communiqué.

Une décision prise après la participation de la France aux frappes sur la Syrie
La décision de rendre la Légion d’honneur a été prise après « la participation de la France à l’agression tripartite aux côtés des Etats-Unis et du Royaume-Uni contre la Syrie le 14 avril », selon le communiqué.

Washington, Paris et Londres ont effectué samedi à l’aube des frappes contre des sites présentés comme liés au programme d’armement chimique syrien en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, qui était alors le dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas.

Le régime syrien dément toute implication dans l’attaque chimique présumée.

« Il n’est point d’honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (…) des Etats-Unis qui soutient les terroristes », dit encore la présidence.

Le président syrien avait été fait grand-croix (le plus haut grade) de la Légion d’honneur par le président Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez Al-Assad à la tête du pays.

Le Monde.fr avec AFP

PARTAGER