Affi sans état d´âme: Nous prendrons les rues avant le 24 mars pour interpeler le gouvernement.

1218
Affi lors de sa rencontre aujourd'hui avec le conseiller Politique de l'ambassade des USA â Abidjan

L’ordonnance prise par le chef de l’Etat est illégale car il n’a pas reçu une habilitation de l’assemblée nationale pour la prendre.
Le chef de l’Etat utilise la CEI pour organiser les sénatoriales alors que cette CEI a été déclarée illégale et illégitime par la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples de l’UA
Le pays court le risque de nouveaux affrontements si ceux qui sont chargés de veiller au respect de la loi sont ceux-là même qui la violent. Pourquoi le citoyen ordinaire respecterait-il la loi si les gouvernants eux-mêmes ne la respectent pas. C’est tout cela qui entraîne l’anarchie.
L’Etat de droit est gravement mis en danger en rci. Si nous voulons la paix il faut respecter nos lois

J´ai des craintes pour 2020 car la violence sera au rdv si les lois sont foulées du pied. Le pdt de la république tout puissant soit-il n’a pas le pouvoir de violer la loi. Nous avons saisi les tribunaux pour leur demander de suspendre l’organisation des sénatoriales car la CEI est illégale selon le tribunal de l’UA.

On saisira le conseil des ministres de la CADHP pour qu’il veille à ce que le gouvernement ivoirien respecte sa décision
Nous allons aussi interpeller individuellement les membres de la CEI pour leur rappeler qu’une décision de justice rend la CEI illégale. Ils ne doivent pas se rendre complice de cette forfaiture.

Ils seront aussi comptable de ce qui pourrait arriver en rci. Nous prendrons la rue avant le 24 mars si le gouvernement ne recule pas.

La cellule de communication de la Représentation FPI – Suède

PARTAGER