Sénatoriales 2018 : désaccord Pdci-Rdr dans 8 zones, Silué Kagnon coopté à Korhogo

944

Les négociations en vue d’une liste commune au Rhdp pour les élections sénatoriales ont connu des avancées, mais….

Selon nos informations, des accords de principe ont été obtenus sur les listes à présenter dans environ 25 régions. Des problèmes se posent dans six régions dont Bouaké, Loh-Djiboua, le Hambol…., et surtout dans les deux districts autonomes du pays, à savoir Abidjan et Yamoussoukro. Dans la capitale politique à Yamoussoukro, le Pdci souhaite avoir les deux postes de sénateurs , tandis que le Rdr propose un partage. Kouakou Jean Gnangbré l’actuel maire de Yamoussoukro, et Djedjri N’goran sont annoncés pour le compte du Pdci, qui dispose de la mairie, tandis que le Rdr contrôle formellement le conseil du District.
Au niveau d’Abidjan, le Pdci met en avant le fait qu’il contrôle plus de mairies (Cocody, Plateau, Koumassi, Attécoubé, Bingerville, Marcory, Port Bouet ), que le Rdr ( Youpougon, Abobo, Adjamé, Anyama ), pour réclamer les deux postes de sénateurs, et suggérer au Rdr, de proposer au Président de compenser la situation, en nommant pour le compte d’Abidjan deux sénateurs. Mais le Rdr qui a appris que le Pdci a déjà coopté le maire de Koumassi et celui d’Attecoubé souhaite plutôt avoir un sénateur élu, avec en retour une nomination Pdci pour Abidjan.

Dans le Loh- Djiboua, c’est l’Udpci déjà coopté en Rhdp dans le Tonkpi, et dans le Guemon ( ou une candidature des indépendants pro Meambly inquiète un peu, et est redoutée ), qui, compte tenu de ses résultats aux législatives, réclame un poste dans une zone dont le Conseil régional est détenu par Zakpa Komenan pour le compte du Rdr, sans oublier la mairie de Lakota détenue par le Rdr. Même si l’Udpci ne semble pas être en position de force dans cette zone, malgré son avantage aux législatives, les discussions se poursuivent pour lever les obstacles. Au niveau de Touba, l’ex vice-présidente de l’Assemblée nationale pourrait être parmi les candidats. Dans le Cavally, l’option Pdci-Rdr a été retenue. Mais les noms noms n’ont pas été encore été dévoilés.
Au Rdr, ce sont les vice-présidents du parti chargés des régions qui ont fait des consultations, dans les différentes régions, pour faire des propositions de candidats. Ainsi par région, ce sont quatre noms qui ont été proposés par ordre de préférence, des électeurs potentiels et cadres issus du parti. La direction du parti devrait ensuite apprécier les propositions, et sortir une liste de candidats à harmoniser selon les contraintes de l’alliance au sein du Rhdp. À Korhogo, dans un souci d’ouverture, l’ex député Silué Kagnon Augustin, militant actif du Pdci , a été coopté par le Rdr, pour faire une liste Rhdp. Alors qu’il est totalement majoritaire à Korhogo, le Rdr espère utiliser le schéma de Korhogo, pour obtenir une ouverture du Pdci au niveau de Bouaké et de Yamoussoukro.

Ces discussions et accords font croire à des observateurs que les partis du Rhdp, semblent avoir beaucoup plus à perdre dans la rupture et la séparation, que dans les compromis.
Ces observateurs ajoutent que malgré la guerre des nerfs, les déclarations, les tensions liées à la présidentielle 2020, et à la question de l’alternance, les accords au niveau des sénatoriales, et ceux à venir au niveau des municipales et des régionales annoncées pour juillet 2018 , permettent de dire que le divorce total pourrait ne jamais être consommé, dans tous les cas de figure.

Charles Kouassi

L’intelligent d’Abidjan

PARTAGER