Le nouveau président de l’Afrique du Sud Ramaphosa s’engage contre « la corruption »

1333
Le nouveau président sud-africain fait de la lutte contre la "capture de l'Etat" et les "problèmes de corruption" sa priorité

Le nouveau président de l’Afrique du Sud déclare que « les problèmes de corruption » et le combat contre « les influences extérieures sur la gestion de l’Etat » font partie de ses priorités.

Cyril Ramaphosa a fait cette promesse en répondant à Narend Singh, un député de l' »Inkatha Freedom Party », qui a demandé au chef de l’Etat de retirer du gouvernement les ministres dont les noms ont été cités dans des affaires de corruption.

Lors d’une session extraordinaire tenue par le parlement pour élire le successeur de Jacob Zuma, M. Ramaphosa a accusé l’opposant Mmusu Maimane de faire de la « démagogie ».

M. Maimane, leader de l’Alliance démocratique (DA), le principal parti d’opposition, a déclaré que l’Afrique du Sud n’a pas un problème Zuma mais un « problème ANC ».

« Travaillons ensemble pour améliorer la vie des Sud-Africains, au lieu de faire de la démagogie », a répondu le nouveau chef de l’Etat et président de l’ANC.

« L’Afrique du Sud doit être la priorité, dans tout ce que nous faisons », a ajouté le successeur de Jacob Zuma.

Ce dernier a été poussé à la démission par des leaders de l’ANC, son parti, à la suite de plusieurs scandales de corruption dans lesquels son nom a été cité.

BBC

PARTAGER