Condamnation du media KOACI à une amende de dix millions : KKS s’interroge sur ce que vaut la parole d’un politicien

2302

Côte d’Ivoire: Condamnation du media KOACI à une amende de dix millions au lendemain des voeux de Ouattara à la presse, KKS s’interroge sur ce que vaut la parole d’un politicien

Lors de la présentation des vœux aux médias jeudi au palais présidentiel, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara déclarait ceci : « Votre liberté et votre indépendance me tiennent à cœur. La liberté d’expression est fondamentale pour toute démocratie. En tant que Chef de l’Etat, mon rôle, conformément à notre Constitution, est de garantir en tout temps et en tout lieu, cette liberté…J’avais également demandé que les sanctions pécuniaires soient toutes fortement réduites. C’est le cas désormais ».

Au lendemain de cette déclaration le constat est autre chose. La justice a condamné le Directeur général du site numéro un aujourd’hui en Côte d’Ivoire KOACI.COM, Laurent Despas, pour divulgation de fausses nouvelles.

Et pourtant, ce media n’a fait que donner la parole à Michel Gbagbo pour s’exprimer sur le cas des prisonniers politiques qui n’existeraient pas en Côte d’Ivoire alors qu’évêques, hommes politiques et autres ne cessent de clamer leurs existence sans jamais être recadrés par les autorités.

Premier homme politique a publiquement réagir, l’ex candidat à la présidentielle de 2015, Kouadio Konan Siméon dit KKS, se fondant sur la déclaration du président de la République sur la liberté de la presse dans son pays, s’interroge sur la valeur de la parole d’un politicien.

En intégralité sa réaction publiée sur son réseau social après l’annonce de la condamnation du DG de KOACI.COM, à payer la surréaliste somme de 10 millions de FCFA pour « divulgation de fausses de nouvelles ».

« Votre liberté et votre indépendance me tiennent à cœur. La liberté́ d’expression est fondamentale pour toute démocratie.
En tant que Chef de l’Etat, mon rôle, conformément à notre Constitution, est de garantir en tout temps et en tout lieu, cette liberté…J’avais également demandé que les sanctions pécuniaires soient toutes fortement réduites. C’est le cas désormais » Dixit Mr Ouattara à la présentation de ses vœux à la presse hier 25 janvier 2018. Voilà pour la théorie. Passons à l’application. A la pratique, voici ce qui se passe dès le lendemain, c’est à dire aujourd’hui 26 janvier 2018 au matin. Poursuivi pour divulgation de fausses nouvelles pour avoir relayé une interview de Michel Gbagbo, le DG de KOACI, Laurent Despas, a été CONDAMNE A PAYER 10 000 000 (dix millions) FCFA D’AMENDE. Voilà ce que vaut la parole du politicien, elle n’engage que ceux qui y croient. Dire une chose et faire son contraire, voilà le système que nous dénonçons. Osons la rupture ! »

Alors que nombreuses sont les réactions d’observateurs qui dénoncent la dimension politique de l’affaire et s’inquiètent sur les libertés d’opinion et de presse en Côte d’Ivoire, l’affaire ayant été jugée en correctionnel et non selon les lois de la presse, au delà du choc du montant de l’amende, rappelons que l’avocat de la défense a de suite fait appel de la condamnation dont le verdict sera aussi attendu qu’observé pour mesurer le degrés de démocratie du pays.

Donatien Kautcha, Abidjan
Koaci

PARTAGER