Nouvel an 2018: nos actes de foi peuvent sauver nos pays

859

NOUVEL AN 2018 :
NOS ACTES DE FOI PEUVENT SAUVER NOS PAYS !
A L’OCCASION DU NOUVEL AN 2018,
Voici le Message d’Espérance que m’a inspiré le DIVIN, au regard de l’actualité ayant marqué les dernières heures de l’année 2017 en Afrique ; notamment en République Démocratique du Congo (RDC), où l’Eglise Catholique a décidé d’engager des actions pacifiques de rue, en vue de sauver la Paix et la Démocratie dans le pays.
En tant que Chrétien, cet engagement de l’Eglise m’interpelle – comme il devrait aussi interpeler, en principe, tout Croyant en Dieu, Chrétien ou Musulman – et il me réjouit particulièrement !
En effet, l’histoire contemporaine de l’Humanité témoigne qu’aux ETATS-UNIS, pour la cause de ses frères Noirs qui furent Esclaves et qui étaient victimes de la ségrégation raciale, un « Homme de Dieu » s’est engagé et a sacrifié sa vie, en luttant, par la non-violence, pour les Droits civiques des Noirs, pour la paix et contre la pauvreté. Il était un Pasteur baptiste Afro-américain, né à Atlanta le 15 Janvier 1929 et mort assassiné le 4 Avril 1968. Il s’appelait MARTIN LUTHER KING.
Le mérite de ce « Serviteur de Dieu », Militant des Droits de l’Homme, Pacifiste et Ecrivain continue d’être salué par toute l’humanité, depuis sa distinction par le Prix Nobel de la Paix qui lui a été décerné en 1964. Et son rêve se réalisa avec l’accession au pouvoir aux USA d’un Afro-américain, fils d’un Africain Noir du Kenya : Barack Hussein Obama.
En AFRIQUE DU SUD, si après vingt-sept (27) années passées en prison à cause de la politique ségrégationniste de l’Apartheid initiée par la minorité blanche, Nelson Mandela a pu recouvrer la liberté le 11 Février 1990, avant d’être élu (le premier noir) Président de la République sud-africaine 1994, c’est sans doute grâce à une mobilisation mondiale, certes ; mais c’est aussi et surtout grâce à l’engagement et la détermination d’un « Homme de Dieu », l’Archevêque anglican sud-africain DESMOND MPILO TUTU. Il obtint lui aussi le Prix Nobel de la Paix en 1984.
Ces témoignages des « Hommes en Soutanes » ne suffisent peut-être pas à eux-seuls pour justifier ou soutenir la thèse selon laquelle les Croyants devraient s’engager ou se mobiliser pour sauver l’humanité en perditions ou en guerres, surtout en Afrique. Toutefois, si l’on s’en tient à la vie de JESUS-CHRIST en qui se reconnaissent tous les Chrétiens, et au regard du vécu de la plupart des grands Prophètes, on retiendra que toutes celles et tous ceux qui, au nom de Dieu, osent prendre le parti des pauvres populations qui sont victimes des systèmes politiques dictatoriaux, lesquels les torturent, les brutalisent, les violentent, les aliènent, les emprisonnent ou les affament, ces « Hommes de Dieu »-là bénéficient toujours de la faveur de Dieu ! Parce qu’ils agissent selon la volonté de Dieu !
« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux. » (Extraits des Béatitudes : Mathieu 5, 3-12)
LES CROYANTS, QUI SONT AUSSI DES CITOYENS, DOIVENT DONC S’ENGAGER ET SE MOBILISER, SANS SCRUPULE, POUR SAUVER NOS PAYS D’AFRIQUE ; MAIS DANS LA NON-VIOLENCE !
Ainsi donc, en RD-CONGO, alors que le Président Joseph Kabila qui est au pouvoir depuis le 17 Janvier 2001 (suite à l’assassinat de son père, le putschiste Laurent-Désiré Kabila) a épuisé ses deux mandats présidentiels le 19 Décembre 2017, conformément à la Constitution du pays, il veut s’éterniser à la tête de l’Etat, en prétendant que les conditions ne sont pas encore réunies pour organiser la nouvelle élection présidentielle en vue de son remplacement.
Pire, M. Kabila et son régime ont décidé de mettre le pays en périls, en violant « l’Accord de la Saint Sylvestre » qui fut conclu le 31 Décembre 2016 entre le Chef de l’Etat et l’opposition congolaise, sous l’égide des Evêques Catholiques. Dès lors, par devoir moral, de justice et de responsabilité, le clergé Catholique n’a eu aucun autre choix que d’exiger le respect de ce texte-compromis dont ils se sont portés garants. Et le Pape François 1er, qui avait reçu le Président Joseph Kabila au Vatican, le lundi 26 Septembre 2016, devrait dire le message de Vérité à ce dirigeant.
En CÔTE D’IVOIRE aussi, quoique divisés quant à l’appréciation de la grave crise postélectorale de 2010-2011, des Evêques ivoiriens donnent de plus en plus de la voix, pour appeler à la Réconciliation nationale et surtout pour dénoncer les injustices, les abus et la corruption qui minent le régime-Ouattara et qui se déclinent par : des centaines de prisonniers politiques ; des dizaines de milliers d’exilés ; des parodies de procès ; des déguerpissements de populations pauvres, sans dédommagements ni recasements ; des actes de corruptions et d’enrichissements illicites des dirigeants, alors que la masse populaire croupit dans la misère totale…
Où sont donc passés tous ces autres Leaders religieux Chrétiens et Musulmans avec qui, au sein du « Collectif de la Société civile pour la Paix » et sous le Président Laurent Gbagbo dont le pouvoir était attaqué par les rebelles, nous avions sillonné en 2003 toute la Côte d’Ivoire, pour appeler à la Réconciliation et à la Paix ? Seraient-ils heureux de voir aujourd’hui les ‘’pro-Gbagbo’’ périr sous M. Ouattara ? Qu’en sera-t-il donc DEMAIN ? Et pourquoi les Evêques de Côte d’Ivoire n’implique-t-ils pas le Vatican pour la libération de Gbagbo ?
POUR MA PART, m’étant retrouvé en exil en Italie depuis le 10 Juin 2011, je n’ai eu de cesse d’appeler à la Réconciliation en Côte d’Ivoire et d’interpeler le Chef de l’Etat Alassane Ouattara dès son accession au pouvoir contre la haine et la vengeance qui caractérisaient les premiers actes de sa gouvernance.
Aussi, ayant été informé à l’époque, d’une visite officielle que le Vatican accordait au couple Ouattara en 2012, avais-je réussi à glisser cette Lettre-Complainte au Pape BENOIT XVI, via son protocole. Cette Complainte datée du 10 Novembre 2012 est disponible dans mon livre « Mon Combat pour les Droits et les Libertés », paru en Juin 2017 aux éditions Mary Bro Fondation Publishing, pages 168-171. Elle est libellée comme suit.

« COMPLAINTE ADRESSEE AU PAPE POUR L’AUDIENCE ACCORDEE AU COUPLE OUATTARA AU VATICAN.
A SA SAINTETE LE PAPE BENOIT XVI
LE VATICAN
• SAINT PERE, de sources officielles, nous apprenons que votre Sainteté qui incarne l’Eglise Catholique conformément à la sainte Volonté du Seigneur JESUS-CHRIST, s’apprête à recevoir le vendredi 16 novembre 2012, de 10H30 à 11H30, dans ce haut lieu béni du Vatican, le Saint Siège, M. Alassane D. OUATTARA et son épouse Dominique, accompagnés de certains de leurs proches. Une messe serait même demandée par ce couple à la fin de cette journée du 16 novembre, dans une église de Rome.
• SAINT PERE, en tant que Chrétien Catholique, je ne peux que me réjouir de cette visite, comme beaucoup de mes frères en Christ. Parce qu’en tant que Pécheurs, les OUATTARA ont aussi droit à la Miséricorde de DIEU. Mais je m’en réjouis surtout, parce que je reste persuadé que Celui que Vous incarnez sur la terre, Qui est la Vérité, la Justice et le Pardon, saura toujours vous guider et vous inspirer, afin que vous puissiez parler à ce dirigeant et à son épouse, car leurs cœurs sont endurcis par la vengeance et la haine à l’égard de millions d’Ivoiriens dits « pro-Gbagbo » et leurs mains sont couvertes de sang d’innocentes victimes !
• SAINT PERE, en notre qualité de Militant pour les Droits de l’Homme, nous avons essayé en vain, au nom de la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP), comme de célèbres organisations internationales des Droits de l’Homme, telles que la FIDH, AMNESTY Internationale et HUMAN RIGHTS WATCH, de présenter à cet homme que la France de M. Nicolas SARKOZY, son ami, a imposé à la Côte d’Ivoire et aux Ivoiriens suite à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, les massacres et atrocités que lui et son régime du Rassemblement des Républicains (RDR) et le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) font vivre aux populations du pays.
• ALORS, SAINT PERE, je vous en supplie, dites à M. Alassane OUATTARA que « ça suffit ! »
• SAINT PERE, je vous prie de dire à M. OUATTARA et aux siens que Feu le Président Félix Houphouët-Boigny dont ils se réclament au sein du RHDP, n’était pas un saint, certes ; mais lui au moins avait sans doute une grande crainte de DIEU; c’est pourquoi durant son long règne, il se camouflait toujours pour commettre ses péchés. Or, les massacres et atrocités commis en Côte d’Ivoire depuis que M. OUATTARA a créé les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) le 17 mars 2011 et qu’il est parvenu au pouvoir par la force, sont incomparables, grossiers et impensables : les Ivoiriens vivent au quotidien, des chasse à l’homme, des arrestations arbitraires sur fond de règlements de comptes, des actes dégradants et humiliants, des enlèvements, des séquestrations et actes de tortures, des exactions, des assassinats ou des exécutions sommaires et extrajudiciaires… Lui parle d’environ trois mille (3000) morts dans la crise postélectorale ; aujourd’hui ce chiffre devrait être doublé au moins, si l’on prend en compte le « Génocide des Wê », dans l’ouest du pays, et les nombreux accidents de la circulation sous fond de sacrifices, qui engouffrent des centaines de vies humaines. Tant de Créatures de DIEU détruites pour des ambitions politiciennes puériles !
• SAINT PERE, je vous prie de faire comprendre à M. OUATTARA et à son épouse que les populations ivoiriennes en ont assez de vivre la dictature et la terreur par lesquelles ils gouvernent la Côte d’Ivoire avec leurs FRCI et dozos : « trop, c’est trop ! », selon le slogan de campagne propre au RHDP en 2010.
• SAINT PERE, dites-leur, je vous en prie, que la paix et la réconciliation entre les Filles et Fils du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest et du Centre sont encore possibles dans ce pays, à condition qu’ils le veuillent eux-mêmes sincèrement. En mettant fin aux tueries quotidiennes ; en libérant tous les prisonniers politiques ; en facilitant le retour de tous les exilés aux plans juridique et social ; et en favorisant l’Etat de droit et l’expression de la Démocratie…, nul doute que la Côte d’Ivoire renouera alors avec la paix et la prospérité.
• SAINT PERE, c’est en fondant ma conviction et ma foi sur le fait que vous représentez pour la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens, l’ultime solution de sauver des vies humaines dans notre pays et de nous épargner plusieurs autres troubles sociaux – et même une guerre civile toujours en couveuse – que je me réjouis de cette audience qu’il vous a plu d’accorder à M. Alassane OUATTARA et à son épouse Dominique.
• SAINT PERE, je vous prie enfin, de saisir cette occasion pour redorer et honorer l’image de notre Eglise Catholique quelque peu écorchée dans cette longue crise ivoirienne. AMEN ! »
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2018 A TOUTES ET A TOUS !
VIVE LA PAIX ET LA RECONCILIATION EN CÔTE D’IVOIRE !

Fait à Florence, ITALIE, le 3 Janvier 2018

Dr BOGA S. GERVAIS
Président-Fondateur de la FIDHOP

PARTAGER