Déclaration du Cojep suite aux graves révélations de Médiapart

351

DÉCLARATION DU CONGRES PANAFRICAIN POUR LA JUSTICE ET L’EGALITE DES
PEUPLES (COJEP), SUITE AUX GRAVES REVELATIONS DE MEDIAPART

Médiapart, un célèbre journal français après une investigation menée pendant six (6) mois a révélé par son Directeur d’enquête M. Fabrice Arfi, les manipulations et corruptions au
sein de la CPI (Cour Pénale Internationale) qui en 15 ans d’existence concentre la quasitotalité de ses enquêtes sur l’Afrique.

Au nombre de ces révélations fracassantes qui éclaboussent cette juridiction internationale, deux annonces majeures la discréditent. Il s’agit d’une part de la
déportation illégale du président Laurent Gbagbo à la CPI et d’autre part, les activités financières de son ex procureur Louis Moreno Ocampo qui détiendrait des comptes bancaires offshores dans des îles paradisiaques et ses activités de conseils auprès des personnalités soupçonnées d’avoir commis des crimes de guerre, viols et crimes contre
l’humanité ; toute chose en contradiction avec les règles élémentaires de la justice internationale.

Par ailleurs, médiapart vient de confirmer l’activisme de Nicolas Sarkozy, Président français au moment des faits, très proche d’Alassane Ouattara et qui a collaboré avec
Ocampo pour « sortir Gbagbo et installer » durablement Alassane au pouvoir. Face à de telles révélations préoccupantes et bouleversantes, le Congrès Panafricain Pour
la Justice et l’Egalité des Peuples (COJEP), qui à travers son opération CPI ça suffit ! prône la libération pure et simple du Président Laurent Gbagbo et de son Ministre Charles
Blé Goudé,

I- Réitère, la libération pure et simple du Président Laurent Gbagbo et de son Ministre
Charles Blé Goudé

II- Demande aux états africains membres de la CPI d’exiger l’ouverture d’une enquête
internationale sur le fonctionnement de la CPI

III- Souhaite que les conseils des personnalités concernées à savoir le Président Laurent
Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé opposent aux juges magistrats, le vice de
procédure afin d’arrêter cette mascarade

IV- Exige que l’enquête annoncée au sein de la CPI suite aux révélations de Médiapart soit
accélérée et les conclusions rendues publiques

Fait à Abidjan, le 08 Octobre 2017
Pour le COJEP, Fançois GUINA
Porte parole Adjoint

PARTAGER