Libération du Président Gbagbo : Programme de la Caravane de la "Poib"
© (): Cette manière d’agir des ennemis de l’Afrique, à savoir la déportation des filles et fils dignes de l’Afrique, ne nous étonne pas. Car elle n’est pas nouvelle.


| Pétition | Communiqué - 10/08/2016

Programme de la Caravane de la POIB pour la signature de la pétition pour la libération du Président GBAGBO en Belgique

Excellence Monsieur Laurent GBAGBO,
Président de la République de Côte d’Ivoire ;
M. Charles Blé GOUDE, Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi,
Chers camarades des autres délégations ;
Chers camarades de la Plateforme de l’Opposition Ivoirienne du Benelux (POIB) ;
Mesdames et Messieurs.


e 7 août 2016, cela fait exactement cinq années que la dignité de la terre d’Eburnie - que le colonialisme occidental a nommé « Côte d’Ivoire » - est bafouée. En effet, Monsieur le Président, lorsque vous aviez été élu pour la première fois par le Peuple souverain de Côte d’Ivoire en octobre 2000, vous aviez voulu donner à notre indépendance formelle acquise officiellement le 7 août 1960, un réel contenu.

N’est-ce vous qui disiez, Monsieur le Président, le mardi 11 août 2009, devant le révérend Jesse Jackson, et je vous cite : « (…) Ce que nous voulons, c’est vivre notre indépendance. (…) ». Mais en tant qu’historien et homme politique, vous saviez que l’indépendance n’était jamais donnée ou acquise définitivement. C’est pourquoi, ce même jour devant Jesse Jackson, vous aviez ajouté : « Je veux dire aux Ivoiriens que l’indépendance, comme la paix, ne s’acquiert pas aisément. Il y aura toujours des gens parmi nous qui seront contre notre indépendance. »

Vous ne croyez pas si bien dire. Car pendant que vous vous battiez pour notre indépendance et notre dignité, il s’est trouvé des africains félons et indignes pour s’associer aux ennemis de l’Afrique, le Continent-Mère pour créer une coalition. Cette coalition s’était fixée pour objectif de maintenir la terre d’Eburnie (la Côte d’Ivoire) sous la tutelle de l’Occident impérialiste. Et comme des terroristes, cette coalition a non seulement perpétré un attentat le 11 avril 2011, mais vous également déporté ici, à La Laye (Hollande), le 30 novembre 2011. Dans leur même logique funeste, ils ont kidnappé, au Ghana, un de vos ministres : M. Charles Blé GOUDE, le 17 janvier 2013. Puis, ils l’ont aussi déporté en ce même lieu (La Haye - Hollande), le 21 mars 2014.

Cette manière d’agir des ennemis de l’Afrique, à savoir la déportation des filles et fils dignes de l’Afrique, ne nous étonne pas. Car elle n’est pas nouvelle. C’est ainsi que les Occidentaux ont toujours opéré pendant des siècles sur le continent africain- Berceau de l’Humanité- après qu’ils aient assassiné d’autres filles et fils dignes du Continent-Mère.

En venant, ici à La Laye, à la prison de Scheveningen (Hollande), ce dimanche 7 août 2016, pour célébrer avec vous Monsieur le Président et Monsieur le Ministre, l’indépendance de la Côte d’Ivoire, nous avons pris l’engagement de reconquérir notre dignité bafouée. Nous faisons également le pari sur l’avenir de nous battre jusqu’au bout pour que notre pays puisse retrouver sa souveraineté. Cette souveraineté doit aussi s’étendre à toute l’Afrique, berceau de l’Humanité. Car nous sommes fatigués d’avoir à la tête de nos États, des marionnettes ou des préfets d’outre-mer.

Peuples de Côte d’Ivoire, vous aviez montré votre attachement à celui que vous aviez élu en octobre 2000, puis réélu en novembre 2010. Il s’agit du Président Laurent GBAGBO. Malheureusement, les ennemis de l’Afrique qui sont opposés à la dignité de l’Africain en général, et de l’Ivoirien en particulier, se sont coalisés pour perpétrer un attentat le 11 avril 2011 en Côte d’Ivoire. Ils ont ainsi empêché votre expression populaire et démocratique. Et c’est dans cette logique que la Coalition Internationale, qui se fait appelé « Communauté internationale » a placé, à la tête de notre pays, leur préfet Alassane Dramane Ouattara. Celuici, depuis ce moment règne en Côte d’Ivoire par la terreur et la dictature sans précédent. Aujourd’hui, notre pays compte au moins trois cents (300) prisonniers politiques.

Les droits civiques les plus élémentaires sont bafoués en Côte d’Ivoire, les libertés politiques : d’association, de réunion, d’opinions, etc. sont prescrites. La situation économique est catastrophique voire exsangue. La pauvreté a remplacé la misère. La famine, sans être cynique, pointe à l’horizon. Malgré tout cela vous êtes encore dignes. À en juger par votre attitude lors des élections présidentielles du 25 octobre 2015 dernières en Côte d’Ivoire. En effet, malgré les nombreuses fraudes, le taux de participation n’a pas dépassé 9%. Vous aviez démontré ainsi à la face du monde que votre choix en novembre 2010 était le président Laurent GBAGBO. Vous êtes plus loin pour lancer le slogan « GBAGBO KAFISSA » qui signifie en langue malinké GBAGBO est mieux.

Tout récemment, c’est-à-dire, au mois de juillet 2016, vous êtes sortis pour dire non à ces factures d’électricité frauduleuses, orchestrées par le pouvoir et leur allié français M. Bouygues. Ce dernier gère notre eau et notre électricité à travers sa société CIE-SODECI. Nous sommes convaincus que vous vous opposerez au tripatouillage de la Constitution que veut tenter le régime de M. Alassane Dramane Ouattara. Comme le Peuple Burkinabé qui a donné une raclée à un autre despote Blaise Compaoré, vous en feriez de même à ce autre despote et autocrate Alassane Dramane Ouattara.

L’école, baromètre de toute société se porte très mal. Aux revendications légitimes minimalistes des élèves et étudiants, le pouvoir autocratique de M. Alassane Dramane Ouattara répond par la violence. Cela n’étonne guère car M. Alassane Dramane Ouattara est en mission pour ses mandants occidentaux ennemis de l’Afrique. Il ne gouverne pas, mais règne en véritable préfet d’outre-mer. C’est pourquoi, son programme de gouvernement se définit par la trilogie : malversations, népotisme et violence.

Mais comme disait un artiste ivoirien « c’est dur mais cela ne va pas durer. » C’est pourquoi, la POIB est non seulement à vos côtés, mais est également convaincu la fin de ce régime est pour très bientôt.

Vive le Peuple d’Eburnie,
Vivent les progressistes et Démocrates du monde entier.
Vive la terre d’Eburnie (actuellement Côte d’Ivoire),
Vive l’Afrique, le Continent-Mère

Je vous remercie.
Fait, le dimanche 7 août 2016 à Bruxelles
Pour la Plateforme de l’Opposition Ivoirienne du Benelux (POIB)
Le Porte-Parole
Tapé GROUBERA
Email : plateforme.ivoriennedubenelux@gmail.com



          
Lus / Vus


Réactions
 



Suivez-nous sur Tweetter
Annonce
 
 
&
Copyright © Ivorian.Net - Presse et Portail d'Informations Générales-2002