Paradis fiscaux : la fuite Panama Papers
© ():Parmi les politiques, on compte des proches du président russe Vladimir Poutine et du président syrien Bachar el Assad. Alaa Moubarak, le fils de l’ancien président égyptien, figure sur la liste, comme le fils de l’ancien président ghanéen John Addo Kufuor. Le nom d’un proche de Laurent Gbagbo, ancien président ivorien, apparaît également dans les fichiers rendus publics.


| Paradis fiscaux | BBC- 04/04/2016

Il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par les médias.


e quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et 106 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à 11,5 millions de fichiers provenant des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015.

Ces documents, pour la première fois révélés, jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. Les Panama Papers révèlent que 128 responsables politiques et hauts fonctionnaires de premier plan du monde entier ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs. C’est le cas également de milliers d’anonymes, de grands noms du sport, de célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales.

Parmi les politiques, on compte des proches du président russe Vladimir Poutine et du président syrien Bachar el Assad. Alaa Moubarak, le fils de l’ancien président égyptien, figure sur la liste, comme le fils de l’ancien président ghanéen John Addo Kufuor. Le nom d’un proche de Laurent Gbagbo, ancien président ivorien, apparaît également dans les fichiers rendus publics.

Les sportifs Lionel Messi et Michel Platini ont également recouru aux services du cabinet de Mossack Fonseca.



          
Lus / Vus


Réactions
 



Suivez-nous sur Tweetter
Annonce
 
 
&
Copyright © Ivorian.Net - Presse et Portail d'Informations Générales-2002