PSG : Combien va rapporter Zlatan Ibrahimovic à l’Etat français ?

Nord-sud-19/7/2012

Le PSG s’est offert deux énormes stars pour faire rêver la Ligue 1 et ses supporteurs. Les arrivées de Zlatan Ibrahimovic et autres Thiago Silva sont aussi une aubaine pour le contribuable français. Chronofoot prend sa calculette et vous explique le pourquoi du comment.

Dire que le Paris Saint-Germain nouvelle version sera une locomotive pour la Ligue 1 est devenu une assertion courante. Les arguments qui soutiennent cette affirmation sont divers : augmentation de l’attractivité du championnat et retombées financières positives. Si l’effet des recrues quatre étoiles du PSG sur l’attractivité de la Ligue 1 sont très difficiles à appréhender objectivement, ce n’est pas le cas des retombées financières. Pour bien comprendre donc les tenants et aboutissants de ces tractations économiques, Chronofoot s’en est aller chercher un spécialiste de l’économie du football : Bastien Drut, auteur d’un ouvrage sur la question, Economie du football professionnel.

Vivement les 75% !

Bien que la tranche d’imposition la plus élevée, aujourd’hui, soit de 45%, les calculs que nous proposons sont effectués dans l’hypothèse d’une taxation à 75% après le premier million d’euro gagné. En effet, comme l’explique Bastien Drut, le fait que les négociations salariales se soient déroulées avant la réforme Hollande ne change pas grand chose : il est très courant d’inclure une clause dans les contrats stipulant que c’est au club, donc à l’employeur, de prendre en charge les dépenses supplémentaires liées à de possibles changements dans la politique fiscale. Les salaires nets d’Ibrahimovic et Silva resteront donc tout à fait inchangés en cas de taxation à 75%.

En considérant le salaire de Zlatan Ibrahimovic à 14 millions d’euros nets par an, le montant évoqué par L’Equipe, les calculs amènent à considérer que l’Etat français percevra chaque année 50 millions d’euros grâce à la taxation du salaire de l’attaquant suédois. Basons-nous tout d’abord sur les propos de Pierre Moscovici, qui a montré qu’avec la taxe à 75%, un individu gagnant deux millions d’euros en paiera la moitié à l’Etat. Bref, sur les deux premiers millions de son salaire brut, Ibra en rendra un. Le reste est entièrement taxé à 75%, il faut donc multiplier par 4 le salaire net restant pour connaître le brut.

La prime que tout le monde oublie…

Seulement Bastien Drut rappelle qu’il faut également prendre en compte un paramètre curieusement passé sous silence dans la presse, mais non négligeable et qui bénéficie depuis très longtemps aux clubs français quand ils recrutent à l’étranger : la prime d’impatriation. En effet lorsqu’une entreprise française débauche une personne qui n’a pas travaillé sur le territoire français ces 5 dernières années, celle-ci ne sera pas taxée sur 30% de son salaire net. Dans le cas d’Ibrahimovic donc, c’est environ 4 millions d’euros qui seront totalement défiscalisés. Sur les 14 millions nets du salaire d’Ibrahimovic, seuls 9 millions d’euros sont le résultat d’une taxation à 75%, 1 million d’une taxation à 50%, et 4 millions non taxés (les fameux 30% d’impatriation). Soit 36 millions bruts entièrement taxés à 75% (9 millions nets) plus 2 millions taxés à 50% qui donnent le premier million net gagné par le joueur. Le salaire brut de l’attaquant scandinave s’élèverait donc à 36 + 2 = 38 millions d’euros par an.

Sur ce salaire brut sont par la suite calculées les cotisations sociales payées par la nouvelle star du Parc, que l’on peut estimer à 20%. Or 38 x 20% = 7.6, que l’on arrondit pour la facilité du calcul à 8 millions d’euros. Viennent enfin les charges patronales. Pour les prendre en compte, il faut multiplier par 0,45 le salaire brut pour avoir le montant des charges patronales : 38 x 0,45 = 17 millions.

Zlatan rapportera 150 millions d’euros à l’Etat français

En résumé, si l’attaquant du PSG gagne 14 millions nets d’impôts, son club devra débourser 63 millions d’euros : 38 de salaire brut, 17 de charges patronales, et 8 millions de cotisations sociales. L’Etat percevra donc 49 millions d’euros par an (différence salaires brut/net) par la simple imposition du salaire du joueur du PSG. Par le même procédé de calcul, nous parvenons à la somme de 36,5 millions d’euros annuellement déboursés par le PSG pour rémunérer Thiago Silva, dont 25,5 qui atterrissent dans les caisses de l’Etat. Si l’on considère les trois années de contrat du Suédois, son transfert rapporterait grosso modo 150 millions d’euros à l’Etat Français.

Ainsi, les doutes émis par François Hollande ne sont que de façade. En ces temps de crise, le nouveau président des Français ne peut en effet se permettre de “cracher” sur les 74,5 millions d’euros annuels que rapportera l’imposition des deux recrues du PSG. En ce sens, Roselyne Bachelot peut toujours s’indigner et se dire “choquée” de ces “rémunérations obscènes”, il demeure que les arrivées des deux stars milanaises est une réelle aubaine pour les comptes de l’Etat. Par les seules cotisations sociales par exemple, que l’on sait entièrement réallouées au financement des prestations sociales (les 20% cités plus haut), les deux joueurs débloqueront à eux seul un budget annuel de 12,5 millions d’euros (8 millions pour Ibrahimovic et 4,5 pour Thiago Silva). D’autant plus quand on sait que les revenus générés par le patrimoine acquis deux joueurs sur les territoire français, seront eux aussi taxés … tout comme les énormes indemnités de transfert versées par le PSG au club de Silvio Berlusconi.