Encadrement technique des Eléphants/Lamouchi, le choix injustifiable

Nord-Sud-30/5/2012

Depuis lundi, Sabri Lamouchi a été parachuté sélectionneur-entraîneur des Eléphants en remplacement de François Zahoui. Une décision à la fois brusque, étonnante et hallucinante. Un choix que Sidy Diallo devra assumer en cas d’échec.

Nous reposons la question. A quoi joue la Fédération ivoirienne de football, version Augustin Sidy Diallo ? Parlons-nous du Tchad, du Soudan, de Madagascar ou des Eléphants de Côte d’Ivoire ? La sélection ivoirienne ne constitue-t-elle pas le ciment national ? Plus les jours passent, plus les gaffes de la maison de verre de Treichville s’accumulent. Il y a quelques jours, le nouveau patron de notre football imposait comme directeur technique national N’Guessan Clément. Pour des raisons qui lui sont propres, il n’a guère daigné donner d’explications. Comme cela se fait dans les règles de l’art. Le lundi de Pentecôte, il a récidivé en nommant le Franco-Tunisien comme successeur de François Zahoui. A la surprise générale. Un nouveau choix qui surprend et qui divise. C’est même hallucinant de recruter un sélectionneur-entraîneur sans expérience. Pis, le timing est plus que mauvais surtout que les Eléphants entament, ce samedi face à la Tanzanie, les éliminatoires du Mondial 2014. Visiblement, tout le monde a été mis devant le fait accompli car même le nouveau DTN n’a pas été informé de cette importante décision. Hors de nos frontières, tout le monde se marre. Et la FIF étale encore une fois son incompétence. Il y a quelques jours, son 1er vice-président, Sory Diabaté, clamait qu’en disputant la finale de la CAN 2012, François Zahoui avait fait mieux que ce qui lui avait été demandé. Mieux, le « porte-parole » de Sidy Diallo ne comprenait pas l’acharnement ambiant sur l’ex-milieu d’Ascoli. Aujourd’hui, on a beau retourner le problème dans tous les sens, nous continuons de chercher la cohérence dans cette décision. La prise de risque est trop importante. Nous n’avons rien contre Sabri Lamouchi mais force est de reconnaître qu’il n’a aucune expérience d’entraîneur et se cassera la figure dans la gestion des égos de nos stars. Il y avait pourtant une palette de choix malgré le caractère brusque de la décision (Eriksson, Giresse, Metsu, Luis Fernandez). Si l’on veut vraiment disputer la CAN 2013 et surtout le Mondial 2014, il faut que Sidy Diallo arrête de faire n’importe quoi avec la sélection numéro un en Afrique. Il lui faut surtout éviter de gérer les Eléphants avec pareille légèreté sans tenir compte des enjeux nationaux et des règles basiques de gestion d’un groupe.

Guy-Florentin Yaméogo