Boxe / Finales du championnat national Arsène Yoboué disparaît avec l’argent des athlètes

L’Intelligent d’Abidjan-28/11/2011

Le championnat national de boxe dans les différentes catégories a connu son apothéose, le vendredi 25 novembre 2011 à la maison blanche de Koumassi, après les phases éliminatoires qui se sont jouées les 23 et 24 novembre 2011. Sans grande surprise, Sié Palenfo dans la catégorie welter, chez les professionnels, Sanfou Tendé Guy (Super welter) et Koné Ben Yaya (super moyen) ont enfilé la ceinture de champion de Côte d’Ivoire 2011. Le fait marquant de cette fin de saison 2011, c’est que les boxeurs ont eu du mal à percevoir leur primes des mains du président de la Fédération Ivoirienne de Boxe, Arsène Yoboué. Ce dernier a quitté les lieux avant la fin des trois combats professionnels à l’ordre du jour. « Nous avons combattu et nous ne pouvons pas percevoir nos primes. Et pourquoi le président de la fédération n’assiste pas aux combats des professionnels, qui sont les combats les plus prisés ? Les amateurs ont reçu leur prime séances tenantes. En vertu de quelle règle nous devons attendre ? C’est nous qui faisons la boxe ivoirienne. Le président a fui encore une fois avec nos primes. Nous avons été roulés dans la farine. Mais tout ceci va prendre fin ». Ce sont les propos d’un boxeur professionnel qui a requis l’anonymat. Les boxeurs étaient visiblement mécontents et prévoyaient même de faire les frais à leur président, Arsène Yoboué. Seule représentante de la FIB, durant les combats professionnels, Liliane Kouakou, secrétaire à la fédération, n’a pas satisfait aux besoins des conquistadors. C’est tard dans la nuit (aux environs de 00 heures) que le président de FIB, Arsène Yoboué a dépêché son vice- président pour remettre les récompenses des athlètes. Les vainqueurs chez les professionnels ont reçu la somme de 35.000 FCFA, tandis que les vaincus ont perçu 25.000 FCFA. « Nous ne savons pas si ce sont les montants réels mais pour regagner nos domiciles, il nous fallait quelque chose. Sinon, les sommes ne représentaient rien », a martelé un autre boxeur très déçu. Joint hier dimanche 27 novembre 2011, le président Arsène Yoboué a donné sa version des faits. « Lorsque les combats des amateurs ont pris fin, nous nous sommes rendus, accompagnés des forces de l’ordre, au commissariat du 36ème arrondissement pour remplir les enveloppes. Mon absence était due à cela. Tous les boxeurs ont reçu leurs primes et diplômes ; ceux qui avaient leurs ceintures sont repartis avec, il n’y a donc pas de feu » a-t-il expliqué. S’agissant du montant des primes, le premier responsable du noble art a tenu à faire cette précision : « les boxeurs ont perçu leur dû. Chez les super welter, le champion Sanfou Tendé Guy a reçu 80.000FCFA. Sié Palenfo, welter, a reçu 70.000. Nous avons agi dans les règles de l’art ».
K.Ange

Encadré
Arsène Yoboué aime bien les polémiques. C’est dans un commissariat de police que le président de la Fédération ivoirienne de boxe (FIB) trouve refuge pour « remplir » les enveloppes destinées aux athlètes. Les boxeurs disent avoir perçu 35.000FCFA (vainqueurs) et 25.000FCFA (vaincus) alors que le président Arsène Yoboué parle de 80.000FCFA et 70.000FCFA. Pour ne rien cacher, des boxeurs ont même ouvert leurs enveloppes sous l’œil vigilant de certains hommes de média. Le noble art est bien malade. En 4 ans de gestion, c’est la désolation et l’humiliation que le président Arsène Yoboué a offertes aux acteurs de la boxe ivoirienne. Les athlètes n’ont aucun respect pour leur président. Pourtant ce dernier rêve d’un second mandat en décembre prochain.
Annoncia S